Histoire

Le Moyen Âge et l’époque Bernoise

La région de Montreux ne fut longtemps qu’un ensemble de petits villages et hameaux. Au Moyen Âge, on voit apparaître le nom de Montreux, dans une liste de paroisse. Les communes qui composent alors cette paroisse sont Les Planches, Le Châtelard et Veytaux.

En 1317, la paroisse va être séparée. La partie ouest de la paroisse (Le Châtelard) est vendue à Girard d’Oron, un seigneur local, alors que Les Planches et Veytaux sont une possession directe des Savoyards.

Loin des tractations entre seigneurs, les habitants doivent s’organiser. Il faut décider qui peut emmener son bétail à l’alpage, ou qui peut couper du bois dans la forêt. Pour gérer ces tâches, Les Planches, puis Le Châtelard forment des conseils et élisent des syndics.

De plus, Les Planches et Le Châtelard ont des territoires tellement étendus qu’on voit de nombreux  villages et hameaux s’organiser entre eux et tenir des assemblées (Glion, Chernex, Clarens, Brent, Les Planches…).

Les siècles passent. Les Bernois chassent les Savoyards, puis les Vaudois chassent les Bernois. Mais pour les habitants de la paroisse, la vie continue : on est habitant d’un village et on se rencontre le dimanche à l’Eglise des Planches.

 

De 1803 à 1961

En 1803, à la Révolution vaudoise, c’est la naissance des communes comme nous les connaissons aujourd’hui. Mais, pour la région, c’est surtout l’arrivée du tourisme, surtout à partir de 1850 qui va progressivement et profondément changer la donne : les espaces entre les villages se remplissent et le bord du lac est colonisé. On commence alors à voir Montreux commune agglomération.

Et la renommée de Montreux commence à s’étendre… Les nombreux écrivains et autres artistes[1] qui séjournent dans la région contribuent largement à la faire connaître. En fait, hormis les habitants de la paroisse, tout le monde pense déjà que Montreux est une commune…

De leur côté, les autorités réfléchissent : en se mettant ensemble sur certains projets, les trois communes feraient des économies et gagneraient en efficacité. En 1870, elles se décident à construire ensemble le collège secondaire (Collège de Vernex).

Après le collège, c’est la police, la voirie ou encore la défense incendie qui sont centralisées. L’idée d’une fusion commence à être évoquée.

Le projet connaît un échec dans les années 1920. La région connaît alors des difficultés économiques importantes car la Première Guerre Mondiale met un terme brutal à l’âge d’or du tourisme à Montreux. Il faut se remettre sur les rails, réorganiser l’économie qui restera fortement tournée vers le tourisme. Dans les années 1950, certains services sont à nouveau centralisés, « rationnalisés » et un nouveau projet de fusion voit le jour.

 

La commune de Montreux

Après plusieurs années de préparatifs, la votation a lieu, à Veytaux, aux Planches et au Châtelard, les 15 et 16 avril 1961. Les Planches et le Châtelard acceptent le projet de fusion, mais Veytaux refuse et reste donc une commune indépendante.

Depuis cette époque, c'est en tant que station touristique que Montreux exprime de la manière la plus évidente sa vocation d'ouverture internationale. Dotée d'un Centre de Congrès et d'Expositions comprenant une prestigieuse salle de concert de quelque 1800 places, elle accueille tout au long de l'année, festivals, conférences, expositions, spectacles, réunions, séminaires et autres assemblées dans les domaines les plus divers.

Voir aussi le dictionnaire historique de la Suisse

Plan interactif

Horaires

Administration générale
Lu-Ve : 8h-16h